Dans nos oreilles/dans nos mains

Pligou et moi ne faisons pas que googler/fouiller les bibliothèques savantes à la recherche d’anecdotes historiques sur le tricot, non, non… nous sommes de « vraies » tricoteuses (et crocheteuses!). Nos amis, comme d’ailleurs les inconnus qui nous croisent dans les transports en commun, pourraient témoigner que nous trimbalons toujours l’un ou l’autre projet dans nos pérégrinations. Et, pour toutes les deux, cela s’accompagne presque toujours de musique ou de radio. Peur du vide ou de nos propres pensées, soif insatiable de découverte ou encore réminiscence des histoires du soir de notre enfance… quelles qu’en soient les raisons sous-jacentes, il est rare que nous tricotions dans le silence, faisant mentir la croyance populaire selon laquelle le tricot, « ça vide la tête ».

Partant de ce constat, nous avons eu l’idée d’une nouvelle rubrique dans laquelle nous vous parlerons de nos ouvrages en cours et de nos playlists / podcasts du moment.

Je me lance pour la première!


Dans mes oreilles : Mohamed Ali, un rêve américain

J’avais d’abord prévu vous parler de mon obsession pour Michel Pastoureau, ses histoires de couleurs, de bestiaires et de rayures… puis j’ai découvert une série radiophonique sur Mohamed Ali et la bête du ring a remplacé l’érudit en costume, sinon dans mon cœur, du moins dans mon casque ;-)!

Dans cette série en 4 épisodes, Alexandra Longuet retrace le parcours de Cassius Clay en parallèle avec les combats politiques des noirs américains entre la deuxième guerre mondiale et les année 1970. Je dois admettre que mes connaissances sur cette période sont pour le moins limitées et issues principalement de films de fiction romancés et/ou édulcorés et/ou caricaturaux. Le sujet n’a jamais été abordé dans mes cours d’histoire (!) et je n’ai pas eu la curiosité de m’y intéresser plus en profondeur…

Cette série a comblé mes lacunes de manière passionnante! J’ai été scotchée par ce que j’ai appris sur la ségrégation raciale et l’activisme politique des noirs américains. Bouche bée devant la violence de cette société du sud des Etats-Unis il y a quelques dizaines d’années à peine. Inspirée par l’autonomie (au sens philosophique de se donner ses propres normes, ses propres règles de conduite) et le sens de l’auto-détermination d’un homme qui, selon l’écrivain Jack Newfield « aura eu dans sa vie plus d’identité que n’importe qui : homme-enfant, fantaisiste, poète déserteur, rebelle, champion ».

La série est rythmée par des archives sonores, des interviews de Cassius/Mohammed et des analyses d’historiens, de journalistes sportifs et de cinéastes. C’est très vivant et prenant, divertissant tout en étant instructif (= mon idéal du podcast-tricot 😉 )

En bref :

  • Genre : documentaire radiophonique (fresque historique et portrait)
  • Degré d’attention requis : élevé (donc prévoir un tricot pas trop trop compliqué…)
  • « Mood » : dynamique, engagé, suspense
  • Durée : 4 épisodes d’une heure environ
  • Pour l’écouter en tricotant/crochetant, en prenant votre bain, pendant une séance de running ou ce que vous voulez, un clic ici!

Dans mes mains : Lobélie

Pendant l’année écoulée, j’ai enchaîné les projets « challenge » : et hop! un châle en rangs raccourcis, et bim! un petit top dentelle … puis de la torsade en zigzag, des mitaines à trous-trous, un gilet avec 6 fils de mohair qui s’emmêlent, des colliers crochetés à l’impro… pour terminer avec mes premières chaussettes!

Après tout ça, Lobélie est un vrai tricot-détente (genre : les yeux fermés!). Il s’agit d’un top de coton oversized à manches courtes, tricoté en deux pièces (dos et devant). Pour l’encolure et les manches, on relève des mailles avant de tricoter quelques rangs ajourés (pour le col) ou de point mousse (pour les manches). A part un rang en point ajouré, c’est du tout-jersey avec un petit rang mousse de temps en temps, juste assez pour que ce ne soit pas d’un mortel ennui ;-). Car oui, le défaut de ce modèle c’est le risque de « bore-out »… D’ailleurs, pour une fois, j’ai hâte de terminer alors que d’habitude je suis complètement prise par le processus en lui-même…

Ceci dit, j’ai eu ma dose de remue-méninges : le modèle est très mal expliqué! Le livret en vente en Belgique contient les explications en français et en néerlandais. En français, seul un rang du point ajouré est expliqué, sans un mot sur le rythme des répétitions ou sur le rang de point mousse. La version néerlandaise est un peu mieux fichue mais reste incomplète… Bref, zéro pointé pour les explications … Cette lacune m’aura accordé le plaisir de reconstituer le point sur base des photos, certes, mais rend le modèle inaccessible à un.e vrai.e débutant.e.

J’ai terminé le dos et je suis très contente du résultat : pour du coton, le rendu est plutôt léger et fluide, le rose poudré se mariera avec plusieurs de pièces de ma garde-robe et le point ajouré est très joli.

Des photos?

 

En bref:

  • Modèle : Lobélie de Natura DMC Just Cotton (catalogue été 2016)
  • Fil : DMC Natura Just Cotton coloris N82 (tricoté en aiguilles 3 pour moi mais le patron préconise du 3.5)
  • Degré de difficulté : intermédiaire (une fois qu’on a compris les explications ;-))
  • Durée : 2 semaines et demi pour le dos (mais je suis lente…)

 


Et vous, quels sont vos projets « maille » en cours?

Et que faites-vous pendant que vos mains s’agitent autour du fil? Vous écoutez de la musique? vous regardez la télé? vous rêvez?

Si vous souhaitez contribuer à cette rubrique en nous racontant ça, rien de plus simple : un petit mot via notre rubrique Contact  et c’est parti ;-)!

A bientôt,
Séverine

 

 

 

 

 

 

 

8 commentaires sur « Dans nos oreilles/dans nos mains »

  1. Super idée… on va enfin voir vos merveilles! Et quelle belle idée que d’écouter des histoires en tricotant, je ne le fais pas assez… je devrais… J’avoue que je suis très télé en tricotant… télé que je ne regarde pas vraiment puisque je ne lève presque pas le nez de mon tricot… mais j’arrive quand même à suivre… j’aime surtout les documentaires style Envoyé Spécial, et puis tout ce qui touche aux voyages, à la déco, au jardin… et certains beaux films… quand il y en a…

    Je confirme tu tricotes tout le temps… ou presque hahaha! Même à la sortie de l’école le mercredi midi… Là j’ai un peu plus de mal que toi à transporter mon ouvrage partout… serais-je une « fausse » tricoteuse hahahahaha?! J’ai besoin d’une certaine installation… je n’arrive déjà pas à tricoter sans regarder mon ouvrage alors tu vois…
    Mais cela reste un moment extraordinaire de détente et de bien être!
    bisous ma belle!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire et sorry pour le délai de réponse :-d! La télé, ça a l’avantage de ne pas nous isoler et donc moi aussi, je tricote le soir à côté de mon homme et devant la télé, même si comme toi je ne lève pas beaucoup les yeux ;-). Donc pour un vrai beau film, c’est plutôt sans aiguilles! Les soirées tricot/podcast, c’est quand il y a du foot ou que je suis seule 😉

      J'aime

  2. Je suis une fan d’écouter la radio pendant que je tricote Et je pense que le tricot permet de vider la tête pour se concentrer sur le propos, les mains en alerte. En ce moment, j’écoute souvent la conversation scientifique sur france culture . Le pull est très fin et la couleur très jolie. Bravo 🙂 Bonne journée

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Nanou! Merci pour ton commentaire 🙂 Je ne connais pas cette émission mais pour ce que je viens d’en lire, c’est alléchant!
      Bonne journée à toi 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s