Récap 2016: suite et fin

Pfiou… 31 décembre, déjà! Dans quelques heures, nous quitterons 2016-la-terrible pour faire nos premiers pas dans une nouvelle année, un canevas encore vierge que je vous souhaite plein de douceur, d’amitié, d’amour, de découvertes, de projets enthousiasmants!  Une année qui vous fasse grandir, plutôt que vieillir ;-)!

Et pour occuper cette période souvent un peu plus calme, voici la suite de notre récap des billets 2016, avec de nouveau des contributions de nos copines Caterine Pellin, Peggy, Véronique, Nanou, Stéphanie et Marie. Bonne lecture!

Le tricot, c’est la santé (crocheter, c’est la conserver!)

  • Knitting is the saving of life
  • Le tricot, c’est la santé !
  • Ligne de vie : toi aussi, sauve ton tricot!
  • Rester Zen
  • Tricoter des sourires
  • Encore un p’tit peu de sérotonine ?
  • Tricot sport
  • En complément, Véronique propose cet article avec notamment un passage intéressant sur le lien entre notre façon de tricoter et nos émotions
  • Et Caterine nous donne une idée originale pour soulager ou prévenir les douleurs:       » on peut apprendre d’autres façons de tricoter pour que les mains n’aient pas à répéter toujours les mêmes mouvements. Etant gauchère, j’ai trouvé avantageux d’adopter le tricot portugais pour mes rangs envers. Ici c’est la main gauche qui est plus sollicitée. Il y a quelques styles différents de tricot et c’est intéressant à explorer quand on a mal mais aussi pour celles qui auraient envie d’aller plus vite. En alternance avec la main droite pour les rangs endroits, j’ai l’impression qu’elles se soulagent mutuellement (mais que faire si je veux me faire un gilet au point mousse!?!).Pour le tricot portugais, j’invite à découvrir le travail de Rosa Pomar. Son livre, bien qu’en portugais, reste accessible parce que ça reste une langue romane (et plus facile à comprendre écrit qu’entendu :)) et les dessins sont très explicites. Outre son travail historique et technique autour du tricot portugais, elle a développé en collaboration avec des producteurs locaux toute une gamme de fils très séduisants selon moi. Un peu rustiques, parfois uniquement en coloris naturels, j’aimerais pouvoir tous les tester.  A découvrir sur le site de sa mercerie : retrosaria.rosapomar.com« .

 

Pour de l’inspiration : points, matières, tutos, modèles, blogs…

 

Les matières :

« Cette laine est composée de mérinos et de duvet de yack et surtout, elle est produite de manière équitable, en partenariat avec des artisans de Mongolie (https://fairtradewool.wordpress.com/). Le travail réalisé est fascinant et la Mongolie m’a toujours fait rêver car elle se trouve sur la route de la soie! J’en ai parlé dans cet article « 

La technique:

« On y trouve plusieurs techniques nouvelles pour moi mais surtout les « German short rows » et ça, c’est MA découverte de l’année. Des rangs raccourcis sans gâchis et sans mailles repérables. Que demande le peuple ? J’avais utilisé le tuto de la Maison Rililie mais les francophones seront heureuses d’avoir la version en français chez Alice Hammer. D’ailleurs mon conseil, c’est de se lancer dans le tricot en anglais. C’est tellement plus simple. Avec une petite fiche de traduction des principaux termes, on s’en sort déjà très bien. »

Les modèles :
  • Les « CHO7 » de Peggy , grâce à qui j’ai osé me lancer dans la chaussette! Son inspiration à elle, c’est Karen Borel, via ses comptes Instagram et Ravelry (oomieknits).
  • Proposé par Caterine : « Fichu bleu » d’Orlane Sucche  (gratuit sur Ravelry) :  « Un modèle hors des tendances actuelles et avec une construction originale. Sa page ravelry vaut le détour. C’est une amoureuse des laines locales et elle joue avec les teintures textiles pour élargir la palette de ses ouvrages.« 
Les blogs « coup de cœur » de Stéphanie :

« Bérangère vit dans le nord de la France, près de Lille (j’ai eu la chance de la rencontrer, elle est vraiment hyper sympa!!) et est institutrice en maternelle. Elle compose son temps donc entre ses trois enfants, ses petits bouts à l’école et ses magnifiques projet de tricot.

Son blog reprend principalement les modèles qu’elle crée ainsi que son univers. Peut-être ne suis-je pas objective car j’ai testé énormément de ses modèles…Mais honnêtement, les choses qu’elle crée sont tellement ravissantes, super bien expliquées et jamais trop difficiles à faire! »

« Anne vit aussi dans le nord de la France. Elle a un univers que j’adore! Une grande testeuse tricot aussi, on se retrouve parfois sur les mêmes tests d’ailleurs ce qui est super sympa! Elle aime les voyages, la culture, les photos et surtout s’occuper de ses deux grands enfants. Mais Anne a pour profession la peinture sur porcelaine! C’est un réel enchantement, je vous assure! On lui remet une photo ou un dessin de ce que l’on veut ou on lui laisse carte blanche et Anne vous émerveille!

Elle a notamment créé une boutique de laine, des mugs avec des slogans uniquement basés sur le tricot! J’en ai chez moi et c’est un plaisir de tous les jours… A voir ici « 

L’inclassable : Yarn bombing de terrasse

Pour occuper vos oreilles en agitant aiguilles et crochets: les podcasts qu’on aime

casque_hook

 

Et voilà! Merci encore à Stéphanie du blog Mains de Fifane, à Nanou du blog Smooth’Home, à Marie du blog Sur un coin de table, à Caterine Pellin, à Peggy du blog Quand je pense qu’elle ne savait rien faire et à Véronique aka Petite Sittelle!

Des bises,

Séverine & Pligou

PS : pour lire la première partie, c’est par ici :-)!

Photo en tête de billet par Pligou : expo Natalia Blanch, TAMAT, 2016

6 commentaires sur « Récap 2016: suite et fin »

  1. Très belle année à toi ! Je viens de découvrir (et de prendre conscience) il y a peu qu’il existe des méthodes de tricot radicalement différentes : française, suisse, américaine, continentale,… alors je ne sais pas s’il y a une méthode belge mais en tout cas les aiguilles du Nord sont toujours aussi chaleureuses !

    Aimé par 1 personne

    1. Ha ha, merci 😊!
      Je crois qu’on tricote en Belgique (francophone, en tout cas) de la même manière qu’en France. Mais une participante allemande à nos apéro-mailles, en revanche, avait une toute autre gestuelle (je crois que c’est ce qu’on appelle la méthode « continentale »). D’après Caterine, qui a partagé ce sujet avec nous et est en train de faire tout un tricot « à la portugaise », c’est super pour les gauchères!
      De mon côté, j’admets une grosse flemme à changer mes habitude… Je n’ai pas la patience de me donner le temps de devenir efficace avec de nouveaux gestes 😉
      Et toi :-)?

      J'aime

      1. C’est amusant, j’ai découvert que la méthode continentale est aussi appelée méthode européenne et qu’en fait je tricote à l’anglaise ou à l’américaine 😉 Mais tricoter plus efficacement est-ce aussi relaxant ? la lenteur des mouvements aide à se relaxer… En tout cas ça m’intéresse mais je ne suis pas sûre de sauter le pas car j’aime la régularité de mes points.

        J'aime

      2. Mmmh… bonne question ;-). Quand je me concentre sur de nouveaux gestes, j’ai tendance à être toute contractée et en apnée… donc pas très relaxant ;-)!
        Mais notre conversation me donne quand même envie de tenter le coup… en respirant bien et sans objectif!
        Bise et belle semaine à toi!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s