Du crochet, des fleurs et des ami.e.s en plus

Depuis début mai, une drôle d’installation égaie le boulevard de la IIème Armée Britannique, à Forest (Bruxelles). Sur cette artère qu’on emprunte plus souvent par nécessité que pour le plaisir de la promenade, on aperçoit d’abord une sorte de tapis suspendu entre deux arbres.  C’est coloré, ça reflète la lumière, ça bouge au gré du vent… En s’approchant, on distingue un filet. Un attrape-rêves géant? Traversant le boulevard pour en avoir le cœur net, on découvre finalement une immense mosaïque de fleurs crochetées multicolores, en relief, toutes différentes. Et les mots suivants : Une Maison en Plus, du nom de la maison de quartier située juste en face.

Séduites et intriguées, Pligou et moi avons poussé la porte de l’association pour rencontrer Maria, initiatrice et coordinatrice du projet, et quelques unes de « ses » crocheteuses. Nous avons ainsi découvert, à deux pas de chez nous, un endroit incroyable où enfants,  adolescents et adultes participent à des réalisations artistiques ambitieuses dans un joyeux mélange d’âges et de cultures.

Les crocheteuses

Maria est animatrice à l' »Ecole créative » de l’association. Plusieurs jours par semaine, avec ses collègues, elle y propose des activités pour enfants et adolescents. Elle a appris à crocheter en voyant sa grand-mère réaliser des couvre-lits de coton, dans les années ’70. Adolescente, elle  a crocheté son premier couvre lit en « groooooosssses » fleurs de laine (Maria aime voir un résultat très vite!). Elle s’est ensuite mise au tricot et à la couture, de la même façon : motivée par l’envie de l’objet fini.

Valou a intégré le projet grâce à sa fille, qui travaille dans l’équipe « Habitat » de la Maison en Plus. Cette fan de loisirs créatifs se décrit comme une « chipoteuse » : « J’ai pris un cours d’initiation dans à peu près toutes les techniques : tricot, crochet, couture, scrap booking, …. et puis je me lance en m’inspirant de tutos sur internet ». Pour elle, c’est le processus qui compte : pas grave si le travail prend 6 mois, son plaisir premier est dans la réalisation.

Son amie Carine, quant à elle, n’avait jamais crocheté avant de rejoindre le groupe, l’hiver dernier. Quand nous l’avons rencontrée, sa vaste collection de crochets était rangée dans une superbe trousse bicolore qu’elle a créée ex nihilo! Crocheter lui permet de se détendre, de se « vider la tête » et lui apporte la satisfaction de porter du fait-main.

Autour d’un café brûlant et sans lâcher leur crochet, elle nous ont raconté comment est né le projet fou de cette « mosaïque de fil ».

 

De l’atelier créatif au parcours d’artistes

Ces dernières années, l’équipe de l’école créative a proposé aux enfants  une découverte des arts textiles. Après avoir crocheté des pochettes et autres petits sacs ou encore cousu des poupées de chiffon est née l’envie de lancer un « grand » projet, par la taille comme par l’ambition.

Au même moment, les communes de Saint-Gilles et de Forest lançaient un appel dans le cadre du parcours d’artistes : en 2016, les deux communes souhaitaient promouvoir les installations dans l’espace public plutôt qu’à l’intérieur des ateliers. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une œuvre monumentale au crochet. Soutenue par Sandrine Franken, coordinatrice de l’école créative et plasticienne de formation, Maria a soumis un dossier et a décroché un budget pour le réaliser!

Tous ensemble!

Les ateliers ont démarré avec les enfants de l’école créative. Maria leur a appris les techniques de base du crochet – pas simple pour des petites mains! – et a mis à disposition des modèles types de fleurs. Aucune contrainte relative à la forme, la taille, les couleurs, les matériaux, … ce qui a donné lieu à un déferlement de créativité. Certains parmi les plus grands ont déniché des modèles sur internet, qu’ils ont ensuite expliqué aux autres participants. Malika est ainsi arrivée un jour avec des lettres crochetées et l’idée de « signer » la tapisserie du nom de l’association. Une des richesses de l’œuvre réside par ailleurs dans l’utilisation de matériaux hétéroclites: des sacs plastique recyclés, du bolduc, du ruban soyeux, du fil acrylique, … un mélange qui donne beaucoup de relief et de lumière à l’ensemble.

parcours d'artistes 2
Photo Une Maison en Plus
parcours_d_artistes_1
Photo Une Maison en Plus

 

Au fil des ateliers, des parents et autres adultes (voisins, sympathisants de l’association, usagers du Centre Public d’Aide Sociale, …) ont rejoint le groupe.Les enfants se sont rendu compte que les adultes partaient de zéro et, comme eux, avaient parfois du mal à manier le crochet! Une maman qui n’a décidément pas « accroché » (;-)) venait malgré tout chaque semaine aux ateliers, apportant crêpes et autres délices. « Lors de certaines séances, on ne crochetait pas beaucoup, entre les papotes et les crêpes ! », nous dit Valou. Le travail se poursuivait alors à la maison… C’est qu’il y avait une deadline à respecter! Des collègues de l’association se sont également prises au jeu, comme Sofia, la secrétaire, qui apportait fièrement ses fleurs au bureau les lundi, et Colette, la directrice de l’association.

Après des mois de travail, un nombre suffisant de fleurs a été réuni et l’assemblage a pu commencer. La question du support s’est avérée complexe car, malgré sa délicatesse, l’ouvrage pèse extrêmement lourd. Maria a eu l’idée d’un filet de pêche, finalement trop coûteux… C’est un filet de protection pour arbres fruitiers, à la fois léger et très résistant, qui a été utilisé. Pour finir, des cd ont été suspendus, reflétant la lumière, et des guirlandes de bouchons en plastique tintinnabulent doucement au bas de l’ouvrage. J’y voyais une tapisserie, Maria parle d’une « mosaïque », … quoi qu’il en soit, le résultat, au delà du yarn-bombing classique, a une valeur esthétique en soi, en plus d’embellir l’espace urbain en y insufflant poésie et humanité.

L’œuvre était finalement prête dans les temps et a été inaugurée lors d’un mémorable vernissage/fiesta avant l’installation. Elle est toujours visible sur le boulevard pendant quelques semaines – jusqu’à ce que les intempéries aient raison d’elle… (vu notre super météo du moment, pas trop d’espoir que ça dure longtemps, donc dépêchez vous d’y aller!!!).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout ça pour quoi?

Outre la fierté légitime d’avoir produit un si bel ouvrage en groupe, Maria, Carine et Valou évoquent les liens qui se sont tissés entre participants de tous âges et d’horizons divers, la persévérance dont ont fait preuve les enfants, l’émulation inter-générationnelle, le partage…

Et Maria de nous confier que l’une de ses filles, qui n’avait jamais crocheté, a eu le déclic grâce à ce projet à la fois humble et grandiose : elle a appris à faire des fleurs en catimini et en offrait une à sa maman à chacune de leurs rencontres. Dans la foulée, la deuxième fille de Maria, institutrice, a demandé à sa sœur de crocheter des petites fleurs pour ses élèves. Le crochet est ainsi revenu dans la famille, des années après que Maria ait tenté en vain d’y initier ses filles!

Comme souvent, l’installation de l’oeuvre a provoqué chez les participants un moment ‘down’, une dépression post-maillum comme le dit joliment Carine… Certains ont alors décidé de continuer à fréquenter la Maison en Plus, le crochet à la main tout en s’ouvrant à d’autres techniques (la « vraie » mosaïque par exemple) et d’autres rencontres.

En quittant Maria, Valou, Carine et Sandrine sous la brume de mai, Pligou et moi avions le rose aux joues, les yeux brillants et l’énergie qu’insufflent les belles rencontres… On y retournera, c’est certain!

 

Pour en savoir plus

L’école créative de la « Maison en Plus » : par ici.

Le parcours d’artistes de Saint-Gilles et Forest : site 2016. Prochaine édition en mai 2018!

Photos par Pligou sauf mention contraire en légende.

 

 

6 commentaires sur « Du crochet, des fleurs et des ami.e.s en plus »

  1. Je passe si souvent devant et je l’admire à chaque fois! ton article est une nouvelle fois super bien écrit… tu décris tellement bien cette rencontre, on a envie d’y être avec vous! Bravo ma belle! Quel bel exemple que ces liens de fils et d’humains, tout ce que j’adore! Bisous ma belle!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton enthousiasme :-)! C’était vraiment une belle rencontre et je suis heureuse d’avoir pu le transmettre 🙂 . N’hésite pas à y passer si tu en as l’occasion, tu ne seras pas déçue 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s